Le carnet – Cloé Prévalet

Bonjour tout le monde ! ♡

Nouveau jour, nouvelle chronique d’un service presse que j’ai reçu il y a quelque temps.

Je dois être tout à fait honnête, au départ, je n’étais pas vraiment fan de la couverture, mais comme on dit : il ne faut jamais juger un livre par sa couverture justement.

Par contre, j’ai aimé le résumé dès ma première lecture et c’est avec joie que j’ai pu découvrir une nouvelle histoire comme j’aime tellement le faire.

RÉSUMÉ

Lucas a dix-sept ans. Sa passion : la musique. Son ennemi : sa timidité. Son secret : sa bisexualité. Et si un simple carnet était la solution à tous ses problèmes ? Lucas Flanagan partage sa vie entre le lycée et la musique dans laquelle il trouve refuge. D’une timidité excessive, le jeune homme cherche à s’intégrer dans la société tant bien que mal. C’est alors que tout bascule. Il est bisexuel. Son monde s’écroule jusqu’au jour où il fait la rencontre d’un mystérieux personnage, « encré » dans les pages d’un carnet.

AMAZON

CE QUE J'EN AI PENSÉ

Revenons-en à la couverture.

Le fait que je n’appréciais pas vraiment avant de lire le livre était que je ne comprenais pas vraiment le rapport entre tout ce que je pouvais y voir : une guitare, une silhouette seule ainsi que des silhouettes de ce que l’on peut deviner être un groupe. J’aurais plutôt vu un carnet ou quelque chose du genre.

Ce n’est qu’au fil de ma lecture, au fil des pages, des chapitres que j’ai compris. Je me suis aperçue qu’en réalité, chaque image avait un rapport avec l’histoire (et c’est assez rare d’ailleurs). La guitare pour l’instrument du personnage principal, la silhouette seule pour la solitude et les silhouettes pour un groupe d’amis. Souvent, les couvertures sont là uniquement pour illustrer un livre, pour donner envie ou non de le lire, avec un ou deux des personnages, sans rien de plus. Là, j’ai vraiment compris la signification d’une couverture que je n’aimais pas vraiment par incompréhension en lisant simplement l’histoire.

Parlons maintenant des personnages : je ne sais pas si je vais avoir grand chose à dire, car soyons honnête… je les ai TOUS détestés à l’exception de Lucas et Ronan. Peut-être aussi Antoine.

J’ai détesté tous les autres et peut-être même encore plus Valentin. Un meilleur ami se doit d’être présent pour vous, peu importe ce que vous faites, ce que vous êtes, ce que vous aimez. C’est bien l’une des seules personnes qui devrait être là pour vous quand plus personne ne l’est et il n’était pas là.

J’ai eu envie de tous les mettre au bûcher (coucou le moyen âge, pour des personnes qui pensent comme au moyen âge). Il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre et Lucas méritait vraiment beaucoup mieux que ce genre de personnes dans sa vie.

Certes, Lucas est parfois très dur, surtout avec ses parents, mais bien que je ne puisse pas savoir ce que peut ressentir une personne gay, bisexuelle, etc. Dans ce cas précis, je connais très bien le fait d’en vouloir au monde entier parce que ce monde s’en prend à vous à la moindre occasion pour vous enfoncer plus bas que terre, alors que vous n’avez rien à vous reprocher. J’ai longtemps repoussé toutes les personnes qui pourtant voulaient mon bien et j’ai pu ressentir toutes les émotions de ce personnage principal que j’aurais volontiers serré dans mes bras si j’en avais eu l’occasion. J’en aurais aussi profité pour botter les fesses de tous ces imbéciles !

J’ai aimé Ronan (beaucoup plus que Louise), car il a vraiment tout fait pour que son fils se sente bien, quitte à éviter les conflits. Louise, elle, alors que son métier aurait dû être un atout dans cette situation s’est laissée dépasser par les événements…

Cette histoire vaut la peine d’être lue et cela fait du bien de lire d’autres types d’histoires que simplement des histoires hétérosexuelles. Il est grand temps que tous les types de relations soient présentes dans les livres, aux mêmes nombres que les relations hétérosexuelles.

En bref, j’ai vraiment adoré l’histoire, même si j’aurais aimé qu’elle soit encore plus développée, qu’il y ait encore plus de détails, qu’elle soit peut-être aussi un peu plus longue pour faire durer le plaisir de la lecture.

INFOS BONUS

DATE DE SORTIE : 31.07.2020

Maison d’édition : Auto publié

PAGES : 263

J’ai lu ce livre en 8 JOURS.

4/5

Note : 4 sur 5.

2020 LGBT SERVICES PRESSE SP 2020 Summerbooks 2020

1 commentaire Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :